logo_acvb

LES VOITURES BERNARDET

Les Salons de 1946-1947

Un second prototype est réalisé dans la foulée, sur la même base mécanique et c'est essentiellement la carrosserie qui est affinée.
auto2

Photographiée ici devant l'entrée de l'Usine de Chatillon, étudié sur la même base, le capot, assez proéminent, reçoit une calandre redessinée, frappé de l'emblème aux trois R-BF entrelacés identique à celui ornant les cache-écrous des roues de sides (voir l'emblème en tête de page).
La partie mécanique est inchangée, elle garde son 4 cylindres transversal à plat de 800 cm3.
L'intérieur, accessible par des portes s'ouvrant face à la route, est composé d'une large banquette, le compteur est en position centrale et le changement de vitesse est rattaché à la colonne de direction.

Une fois les portes fermées et les vitres latérales montées, la visibilité est large car le pare-brise est sans montant, selon le procédé VUTOTAL inventé par Jean-Henri Labourdette et cédé en licence à Bernardet.

Ce prototype fut légèrement modifié avant d'être exposé au 33e Salon de l'Automobile à Paris
au mois d'octobre 1946 sur le stand Bernardet du premier Salon de l'Auto d'après guerre en Europe.

Calandre, pare-chocs avant, grilles des ouïes latérales, ailes avant, capote ou encore vitres de côté sont revus.

Auto 03
Ce Salon de 1946 est d'abord celui de l'illusion puisque presque rien n'y est à vendre. Les voitures exposées sont réservées en majeure partie à l'exportation dans le but d'obtenir les devises dont notre économie a besoin. Bernardet tient y à être présent pour démontrer son savoir-faire et affirmer ses nouvelles prétentions. Et, surtout, espérer obtenir ces fameux bons matières du Gouvernement qui auraient permis d'envisager une production en série de leur petite traction avant qui suscite un certain intérêt chez les visiteurs.

Mais de graves divergences vont opposer les frères Bernardet au Ministère de l'Industrie qui exige leur inscription au Parti Communiste en échange de son soutien et de l'aide matérielle de l'Etat.
Solidaires, les trois frères refusent ce chantage et après avoir déposé plusieurs brevets concernant leur voiture, décident de prendre contact avec la société italienne CEMSA Caproni.
Deux ingénieurs de l'Usine partent en Italie, traversent les Alpes avec le prototype. Ce qui avait permis de couper court à une mauvaise rumeur concernant les performances, voire l'impossibilité à rouler de ces voitures.
CEMSA Caproni se rétracte après étude, refuse de restituer le prototype qui lui a été confié.
Cette voiture est restée introuvable à ce jour.

Auto ouverte


auto47

Sur le stand du 34e Salon de l'Auto qui ouvre ses portes le 23 octobre 1947, on retrouve un cabriolet présenté l'année précédente, seul survivant de l'aventure italienne ratée. Mais modifié par d'infimes détails.
La calandre à quatre barres chromées est placée moins haute et les enjoliveurs sont d'un diamètre plus large.
Salon auto Paris 1947
À côté de ce cabriolet, une berline de luxe plus large et plus spacieuse pouvant accueillir quatre personnes sous son hard-top est exposée. La base mécanique reste identique, seule la carrosserie ayant été profondément revue. Bien que présentant de sérieux arguments commerciaux, cette voiture a la mauvaise idée d'entrer en concurrence directe avec la Renault 4 CV qui sera bientôt lancée par la Régie Renault.

Les institutions gouvernementales bénéficiant d'évidentes prérogatives, il faut certainement y voir une relation de cause à effet au nouveau refus du gouvernement d'accorder à la société Bernardet les bons indispensables pour acheter les matières premières nécessaires à la fabrication en série de la voiture.

geneve

Salon de Genève en 1947

C'est une nouvelle déception pour les frères Bernardet, d'autant que le cabriolet et la berline reçoivent un accueil tout aussi chaleureux aux Salons de Genève et Bruxelles, qu'à celui de Paris. Mais les commandes passées durant les Salons doivent être remboursées, c'est un gros échec commercial pour l'Usine.

Plutôt que de s'entêter face à une coalition politico-économique qui les a largement endetté, Bernardet décide de se tourner vers le scooter.